Caravelli, une étoile s'est éteinte

Avril 2019

C’est l’un de nos plus grands orchestrateurs et arrangeurs qui s’est éteint la semaine dernière à l’issue d’une carrière exceptionnelle. Ses obsèques se dérouleront ce mardi 9 avril au Crématorium de Cannes.

Né dans une famille de musiciens, Claude Vasori commence le piano très jeune et à l’âge de six ans veut devenir chef d’orchestre. Premier prix de piano au Conservatoire de Reims, il est très vite remarqué pour ses qualités d’improvisation au piano. Pierre Hiegel, directeur artistique de la maison de disques Pathé-Marconi. lui demande d’écrire les arrangements musicaux du prochain album du chanteur John William.

Il enregistre ensuite pour différents artistes chez Decca et Ducretet-Thomson avant de faire une rencontre décisive, celle de Ray Ventura qui lui propose de réécrire le thème du film La Loi avec Gina Lollobrigida. Claude Vasori fonde son orchestre et se choisit un pseudonyme. Air France vient de faire voler ses premiers avions Caravelle. Quoi de plus naturel que d’ajouter un “i” à Caravelle pour un fils d’Italien ! C’est le début de l’orchestre Caravelli et ses Violons Magiques. Il reprend les succès de la chanson française. Tout d’abord sous le label Versailles de Ray Ventura puis chez CBS disques qui deviendra Sony Music où Claude Vasori restera en exclusivité pendant quarante ans, la plus longue durée d’un artiste chez CBS Sony. Ses talents d’orchestrateur et son écriture originale pour les violons contribueront à cette renommée internationale.

Caravelli enregistre des centaines d’albums avec l’orchestre mais aussi en accompagnant les plus grandes stars de l’époque, Maurice Chevalier, Fernandel, Charles Trenet, Tino Rossi, Charles Aznavour, Annie Cordy, Ivan Rebroff…

En 1970 il dirige en direct l’orchestre de la populaire émission hebdomadaire de télévision Podium 70 qui pendant un an va permettre à Caravelli d’écrire des centaines d’arrangements pour les interprètes invités dans l’émission.

En 1973, sa carrière prend une nouvelle tournure. Associé au parolier Michel Jourdan, il compose une musique pour représenter la France au Festival de la Chanson de Vina Del Mar au Chili. Interprétée par Romuald, la chanson Laisse-moi le Temps » est remarquée par un spectateur qui n’est autre que le producteur de… Frank Sinatra. Ce dernier en fera le titre phare de son nouvel album et de son retour sur scène, sous le titre Let Me Try Again, paroles de Paul Anka. La chanson devient un standard américain. 

Pendant cette période, Caravelli vend des centaines de milliers de disques dans le monde entier. Il remporte deux disques d’Or en France en 1969 et 1973, un au Japon et un autre en Argentine cette même année 1973.

En 1979, son fils Patrick le rejoint pour la première fois en concert au Japon, d’abord au synthétiseur puis au piano. Puis c’est une tournée en URSS et en Lettonie avant l’enregistrement d’un album à Moscou avec des musiciens russes.

L’orchestre Caravelli continue de triompher partout dans le monde et notamment au Japon où entre 1972 et 2003, il effectue une quinzaine de tournées et donne plus de 150 concerts devant des salles combles.

La Sacem qui en 2017 l’avait honoré en compagnie de Francis Lay et Marcel Azzola en tant que « Sociétaire Définitif depuis 50 ans », rend hommage à ce remarquable compositeur, arrangeur et chef d’orchestre de variété français. Au cours d’une vie entièrement consacrée à la musique, Caravelli aura sans conteste été l’un des grands ambassadeurs de la chanson française dans le monde.

Publié le 05 avril 2019