Les concertos de Martial Solal

Le 11 septembre 2020

En partenariat avec la Sacem et l’ONF, Radio France ouvre sa saison 2020/2021 en programmant les concertos de Martial Solal, virtuose du jazz, le vendredi 11 septembre 2020.

Martial Solal : le nom est bien connu des amateurs de jazz du monde entier, qui chérissent son univers ludique et virtuose depuis plus de six décennies ! Parallèlement, le pianiste développe depuis quarante ans une activité de compositeur qui s’épanouit dans le genre du concerto.

Le programme

L’Orchestre National de France présente ces pièces rares, servies par les meilleurs solistes de la place, « capables d’œuvrer dans un genre comme dans l’autre », selon l’expression de Solal.

  • Concerto pour saxophone et orchestre (2014)*
    Soliste  Jean-Charles Richard aux saxophones soprano et baryton
  • Concerto pour trombone, piano, contrebasse et orchestre (1989)
    Solistes  Denis Leloup au trombone, Hervé Sellin au piano, Jean‐Paul Celea à la contrebasse
  • Concerto « Coexistence » pour piano et orchestre (version inédite 2019 du concerto créé en 1996 avec l’ONF et le Dodecaband)*
    Soliste  Eric Ferrand‐N’Kaoua au piano

* Avec la participation de François Merville - batterie

Rendez-vous le 11 septembre à l’Auditorium de la Maison de la Radio à partir de 20 heures.
Pour en savoir plus sur cet événement...

RÉSERVER

MARTIAL SOLAL

© Jean-Baptiste Millot

« J’ai toujours pensé que le rapprochement de la musique de jazz du XXe siècle et la musique symphonique en général pouvait déboucher sur des œuvres d’un genre nouveau et profitable aux deux disciplines. Certains compositeurs majeurs comme Stravinsky, Ravel et d’autres ont été intéressés par cette association, utilisant le jazz tel qu’il existait à l’époque. La musique de jazz n’a cessé d’évoluer, en partie grâce aux emprunts harmoniques et rythmiques à la musique écrite dès le milieu du XIXe siècle. A partir de 1980, je me suis senti concerné par cette démarche et j’ai composé de nombreuses pièces dans cette direction. Trois de ces œuvres sont présentées ici, avec pour solistes des musiciens capables d’œuvrer dans les deux univers. Malgré la présence de grands improvisateurs, il s’agit bien de pièces à caractère symphonique et sans aucune improvisation, excepté dans le concerto pour saxophone et orchestre, où la liberté autorisée est de l’ordre d’une minute. Pas de jazz, mais de la musique écrite sous influence… »

 

 

Publié le 11 septembre 2020