Rapport d'activité 2020

Août 2021

L’année 2020 a été marquée par les effets d’une crise sanitaire sans précédent pour le secteur culturel. Scènes à l’arrêt, fermetures des lieux publics diffusant de la musique…

Les revenus des auteurs, des compositeurs et des éditeurs de musique ont été lourdement impactés dans leurs revenus, à la fois de manière immédiate avec les annulations de projets et de commandes, mais aussi de manière durable, puisque les droits d’auteur sont versés en décalage, après l’exploitation des œuvres. Société sans but lucratif, ne faisant ni épargne ni profit, la Sacem elle-même a été frappée de plein fouet par la chute des collectes en droit d’auteur. Plus que jamais, l’année 2020 a toutefois démontré l’utilité, la légitimité et la force du modèle de la gestion collective pour protéger, défendre et soutenir la création artistique dans sa diversité.

Très tôt, la Sacem a réagi aux conséquences de la crise sanitaire pour ses membres, en mettant en place un plan de mesures d’urgence d’envergure inédite, à hauteur de 43 millions d’euros, pour les accompagner et sécuriser leurs revenus par des aides directes non remboursables, des avances exceptionnelles et des programmes d’aide aux projets renforcés. La Sacem a également été la première société d’auteurs au monde à créer, dès le printemps 2020, une rémunération pour les livestreams qui ont explosé sur les réseaux à la faveur du confinement. Parallèlement, tout au long de cette crise, la Sacem s’est montrée solidaire et engagée aux côtés de ses partenaires, les utilisateurs de musique, en suspendant automatiquement les facturations, mais aussi aux côtés des acteurs culturels en maintenant ses aides malgré les reports ou les annulations et en initiant des programmes de soutien nouveaux. L’opération Scène française, lancée par la Sacem en mai 2020, a permis d’encourager plus de 250 médias à diffuser et exposer davantage les créateurs français, meurtris par l’absence de spectacle vivant. Une action intense de pédagogie et de conviction a également été menée, avec les organisations professionnelles, pour que les auteurs, les compositeurs et les éditeurs de musique ne soient pas les oubliés des dispositifs d’aide créés par les pouvoirs publics. Au total, 19 millions d’euros ont été obtenus pour eux, de la part de l’Etat, notamment via le Centre national de la musique (CNM).

Ce rapport annuel raconte ainsi l’action de la Sacem en 2020 : la solidarité, la responsabilité, le sens du collectif qui demeure le socle de son engagement. Mais aussi une année 2020 qui a été le théâtre d’une accélération des mutations déjà à l’œuvre, avec une explosion de la croissance du streaming. Au total, la Sacem a ainsi traité en 2020 près de 96 925 milliards d’actes de streaming et de téléchargement, a continué de nouer des accords avec les nouvelles plateformes en ligne telles que Akius, Twich ou Tik Tok et a augmenté ses collectes de droits d’auteur sur Internet de 29,5% en un an. Bien loin de compenser la chute des collectes en provenance des tournées, des spectacles et de la musique de sonorisation ( -47,4%), la croissance du online illustre l’expertise forte de la Sacem dans le secteur du numérique, à la fois grâce à des outils technologiques de pointe et une capacité d’anticipation, d’innovation et de négociation affirmée.

Enfin, pour la Sacem, l’année 2020 aura aussi été celle d’une transformation profonde. Outre des économies massives (28,1 millions d’euros en 2020), elle a lancé dès le mois de septembre, un plan de transformation pour son développement visant à rendre son modèle toujours plus efficient et performant au service de ses membres et de son ambition stratégique.

Consultez le Rapport annuel 2020 Sacem

Téléchargez le Rapport annuel 2020 Sacem

 

Publié le 20 août 2021