Olivier Libaux, précieux artisan de la pop à la française

Olivier Libaux
©Dalle/Zuma

À la barre d’aventures musicales souvent collectives, Olivier Libaux s’est éteint à 57 ans.  C’est avec une profonde émotion que la Sacem lui rend hommage. Comme Etienne Daho ou les Innocents, cet auteur, compositeur et guitariste, a contribué à façonner le nouveau paysage de la chanson française depuis les années 90 en s’inspirant de la pop anglo-saxonne.

Né le 5 mai 1964, Olivier Libaux appartient à la génération de vingtenaires qui se prend d’amour pour la pop indépendante britannique à guitare des années 80 (The Smiths, Prefab Sprout…). 

En 1989, il fonde Les Objets avec l’auteur-chanteur Jérôme Rousseaux. Le groupe publie deux albums, La Normalité (1991) et Qui est Qui (1994),  dont deux vidéo clips sont réalisés par Michel Gondry, lui-même musicien de Oui-Oui, groupe dans la même mouvance de l’époque.
En parallèle, Libaux accompagne en tant que guitariste des artistes comme Dominique Dalcan, Jean-François Coen, Helena Noguerra, Carla Bruni, Alex Gopher ou Le Tone.

Après la séparation des Objets, Libaux se consacre à une carrière solo qui ne décolle réellement que dans les années 2000 avec L'Héroïne au bain (2003), premier album basé sur un concept de comédie musicale avec les voix de  Helena Noguerra, Philippe Katerine, Lio, Doriand et Dominique Dalcan, qui ne voit pas le jour sur scène. Le suivant, Imbécile (2007) s’appuie une nouvelle fois sur des invités (Philippe Katerine, Helena Noguerra, J. P. Nataf et Barbara Carlotti) et trouve enfin son prolongement en concert.

En 2011, il demande l’autorisation d’adapter pour lui seul des titres du groupe rock américain Queens of the Stone Age, en les réarrangeant en version acoustique et en les faisant interpréter par différentes chanteuses dont Emiliana Torrini, Alela Diane, Skye Edwards de Morcheeba, Shivaree, et Rosemary Standley de Moriarty.

Entre temps, Libaux a fondé avec le producteur Marc Collin son projet le plus connu, Nouvelle Vague, formation qui reprend des classiques de la new-wave des années 80 sur des rythmes bossa-nova avec un casting de chanteuses qui évoluera avec le temps. Paru en 2004, son premier album connait un succès mondial. Il a été suivi de quatre autres disques, que Nouvelle Vague accompagnait de tournées sur les cinq continents. Le groupe devait en particulier sillonner l’Europe fin 2021 après être revenu d’Amérique du Nord au moment de la disparition d’Olivier Libaux.

Jamais trop exposé à la célébrité qu’il n’a jamais vraiment cherchée, il restait un passionné qui se satisfaisait d’œuvrer dans l’ombre, toujours enthousiaste à l’idée de collaborer avec de nouveaux artistes et de monter sur scène, guitare à la main.

« En ambassadeur de la pop anglaise, le long de tes 30 ans de carrière impeccables, tu as fait beaucoup pour revitaliser la chanson française. Merci pour ça et merci aussi de m'avoir accompagné avec ta guitare sur tant de scènes, des petits clubs à la grande esplanade des Francos avec brio. Mais surtout Olivier, ensemble, nous avons tellement ri...A toi le passeur, toujours à chercher des vagues nouvelles, so long mon ami. », Dominique Dalcan, compositeur, Vice-Président du Conseil d’administration de la Sacem.

Olivier Libaux avait été admis à la Sacem en qualité d’auteur compositeur en 1991. La Sacem salue sa mémoire.

Publié le 01 octobre 2021